¤ Blog de Pascal Faucompré


Retrouvez sur ce blog, analyses, trouvailles, commentaires sur nos domaines de prédilection : le community management (SMO), la curation, le référencement (SEO), le web 2.0 et le e-marketing.

 

N'hésitez pas à ajouter votre commentaire :-)


Découvrez également l'essentiel de notre veille professionnelle sur Scoop.it


15 blogs sources incontournables de l'éco-construction


Difficile aujourd'hui de ne pas être sensibilisé à la problématique environnementale. Et le mouvement risque de s'accentuer avec l'approche de l'événement écologique incontournable de l'année, le Cop21, sachant qu'il se déroule en France.

 

Pourtant, de nombreux acteurs n'ont pas attendu la loi sur la transition énergétique pour se pencher sur cette nécessité de construire durable, de faire de l'éco-construction ou de rénover de façon écologique. Pour certain, cela fait plusieurs dizaine d'années que le sujet les intéresse. On retrouve alors ces passionnés sur des blogs, parfois très animés, dont nous vous listons ici nos préférés :

Blog divers

 Blogs d'entreprises

Blogs étrangers

 

Vous retrouverez forcément ces sources dans notre veille quotidienne et sur les réseaux sociaux de la communauté Mon Habitat Vert, animée par votre serviteur.

 

N'hésitez pas à soumettre votre blog en commentaire. Nous sommes toujours heureux de découvrir de nouvelles sources...

 

0 commentaires

E-reputation : Intervention conférence Novabuild le 03/06/2015


Merci à Novabuild et plus particulièrement Juliette et Pierre-Yves de m'inviter à cette conférence qui aura lieu le 03/06/2015 à la CCI de Nantes.


Le thème abordé sera :

Le tournant de la communication 2.0 : tous concernés!

Les clés pour agir et ne pas subir


J'y interviendrais sur la partie E-reputation et Community Management, pour répondre à la question


  1. définition du SMO (social média optimisation) en marketing
  2. les 7 raisons (objectifs) d'être présent sur les médias sociaux
  3. classification des médias sociaux et quelques données
  4. les principaux risques à s'engager sur ces supports
  5. le Community Management
  6. Faut-il être présent sur ces supports ?


Enfin, en qualité de consultant et community manager, j'apporterai 2 témoignages, expériences clients, sur la problématique de e-reputation.


Vous retrouverez le détail de ma présentation après la conférence sur ce blog.


Plus d'infos : Novabuild

0 commentaires

Premier anniversaire et nouveau design pour Construire Tendance

Le petit poucet de l'architecture et de la construction tendance et écologique sur le net fait tranquillement son bonhomme de chemin pour se hisser parmi les meilleures sources d'inspiration des futurs propriétaires de maison à construire ou à rénover. Le site, en un an, d'existence recense déjà plus de 1.000 des plus beaux projets architecturaux et éco-constructions français et internationaux.


Un éditeur qui n'en est pas à son premier coup d'essai

Dans le domaine d'internet depuis 1999, Pascal Faucompré a déjà à son actif la réalisation de nombreux sites, portails et blogs d'information dans de nombreux domaines : l'entreprenariat (avec Id Biz), l'info local (avec Zineo) ou MOBzine (sur les maison ossatures bois). Il a aussi conseillé de nombreux clients sur la mise en place de portails d'infos (Marianne2.fr) et de blogs (association des avocats du web, syndicat de la ouate de cellulose, …), avant de se lancer en 2010 sur le conseil en e-réputation, la rédaction et le community management.


Spécialisé dans le domaine du bâtiment (construction, rénovation) depuis 2011, notamment grâce au développement de la communauté Mon Habitat Vert (+ de 5.000 membres sur les réseaux sociaux), le projet germait pour Pascal Faucompré de lancer son propre site fin 2013. Après une gestation de 6 mois, ce fût la naissance de Construire-tendance.comen mai 2014.


Des chiffres qui confortent son positionnement

Si on vous dit que 98 % des lecteurs de Construire-Tendance.com lisent plus d'une page à la visite lors de leur passage sur le site, vous ne nous croirez peut être pas, et c'est pourtant une réalité incroyable : le site plaît avec une moyenne de 4 visites par lecteur.


Avec près de 55,000 pages vues par mois après un an de présence sur internet, le succès est bien donc au rendez-vous ! Et ce n'est pas fini car les objectifs de son créateur sont claires « avec la mise en place de la newsletter, le développement des partenariats et la présence sur les réseaux sociaux, nous espérons atteindre 250,000 pages vues mensuellesd'ici fin 2015. » clame Pascal Faucompré.


D'ailleurs Construire Tendance fait déjà figure de référence sur certains réseaux sociaux comme Pinterest avec plus de 10.000 impressions par jour pour près de 2500 membres. D'autres supports génèrent également de la visibilité pour Construire Tendance comme Scoop.it, Tumblr, Facebook ou Twitter.

Le site Construire-Tendance n'est donc que la partie immergée d'un iceberg visible au total par des dizaines de milliers de lecteurs chaque jour.


Un nouveau design pour mieux coller avec ses réalisations

Pour fêter dignement son premier anniversaire, Pascal Faucompré a revue l'architecture technique du site afin de répondre à une croissance toujours soutenue du trafic du site.


L'éditeur explique les autres évolutions du site « Le design d'origine ne faisant pas l'unanimité, j'ai fait appel à un designer web pour revoir la charte graphique avec un choix de couleur moins agressif, dans des tons plus tendance (entre écologie et luxe) et surtout une ergonomie simplifiée, avec moins de rubriques et une navigation plus rapide. » L'intégration de ce nouveau design et de ces quelques nouveautés est donc en cours de déploiement.


Plus de contenus et un appel à contribution

La publication des réalisations sur le site est actuellement gratuite pour tous lesarchitectes, constructeurs, maîtres d'oeuvre français. Une version payante par abonnement et quelques options seront proposées d'ici la fin d'année pour pérenniser l'activité du site


Unrédacteur a été recruté pour se charger de la publication des projets des architectes et constructeurs internationaux et la réalisation de quelques dossiers thématiques, « sujet que. Nous comptons fortement développé dans les mois à venir » explique Pascal Faucompré.


Le site est ouvert à toute proposition de contribution de professionnels de la construction et de la rénovation pour la publication d'articles à caractère plus technique. Certains auteurs se sont d'ailleurs déjà livrés à l'exercice. Une façon comme une autre de se faire connaître du grand public.


Et bien évidemment, les communiqués de presse des entreprises du secteur des matériaux et équipements du bâtiment, de la décoration et de la domotique sont les bienvenus.


Un grand Merci tout particulier à Nico et surtout Julien pour leur aide dans la mise en place de cette nouvelle version (V2) du site pour son premier anniversaire.



Plus d'infos : http://www.construire-tendance.com


Contact : Pascal Faucompré

presse@construire-tendance.com


0 commentaires

Lancement de Construire-Tendance.com


Faire part de e-naissance

 C'est parti pour une nouvelle aventure, avec la naissance du nouveau bébé : Construire-Tendance.com

 

Après 4 ans à divaguer dans le milieu de l'habitat, avec un passage dans le milieu de la construction bois avec Mobzine.info (échec*), la constitution d'une communauté autour de l'éco-construction (+ de 5000 membres sur Mon Habitat Vert), l'animation de réseaux sociaux pour le compte de divers clients dans le domaine du bâtiment, quelques centaines d'articles publiés pour des clients de la rénovation et de l'habitat, voici le dernier né : 


Faire la part belle à l'architecture

Ce site web est le fruit de ces quatre années d'expérience, d'une profonde réflexion sur le marché et surtout de 2 mois intensifs de travail soir et week-end inclus (en parallèle du travail quotidien).

 

Construire-Tendance.com part du constat suivant :

  • seul le marché du luxe (+20% en 2013) progresse dans le domaine de la construction individuelle pendant cette profonde période de crise du marché
  • il existe peu de supports dédiés à ce marché permettant de véritablement mettre en avant les plus belles réalisations
  • les clients de ce type de construction ne chechent pas du devis, mais surtout de l'inspiration et des professionnels reconnus pour leurs réalisations.

 

L'objectif de Construire-Tendance.com est donc de devenir un acteur incontournable de ce secteur en faisant la part belle à l'architecture et également à l'éco-construction, une nécessité pour laquelle chacun doit s'engager.

 


Faire preuve de lucidité

Après près de 20 ans d'expérience en entreprenariat, dont une bonne partie sur le net, j'ai aujourd'hui le recul nécessaire pour mettre en place le modèle économique adéquate pour ce projet. Celui-ci est déjà tout trouvé et sera dévoilé en septembre, une fois le trafic envolé et quelques partenariats mis en place. Tout ce que je peux dire, c'est qu'il ne sera pas centré sur la publicité en ligne ...

 

 

Je tiens à remercier tout particulièrement Julien pour son talentueux travail de mise en place du site et d'adaptation à mes exigences. Je remercie également pour leur confiance les quelques premiers contributeurs du site dont certains ont apporté quelques précieux conseils. Enfin, je remercie ma compagne, mes 2 filles et mes amis qui ont été particulièrement conciliant pendant cette période intense en travail.

 

 

* se planter est le meilleur moyen de mieux réussir les fois suivantes

1 commentaires

Note de service

 

Travaillant actuellement sur un projet important, qui me prend tous les soirs et week-end, je vais réduire fortement mes publications pendant quelques mois sur ce blog, sur Scoop.it et sur les réseaux sociaux.

 

Merci à mes fidèles lecteurs et toutes mes excuses pour ce contretemps.

3 commentaires

Les sites les plus consultés dans le secteur de l'habitat, bricolage, décoration et jardinage

L’institut Harris Interactive vient de publier plusieurs classements, qui permettent de connaître les sites préférés des Français. Voici le top 10 des sites "décoration, bricolage et jardinage" les plus consultés par les internautes français basés sur un sondage de 13785 personnes effectué entre septembre et décembre 2013.

Leroy Merlin, Ikea et Castorama composent le podium des sites « Maison » préférés des Français (décoration, bricolage et jardinage).

La méthode des quotas a été respectée pour garantir la représentativité decette étude Harris Interactive.


Le top 10 des réseaux sociaux préférés des français

A noter, l'écrasante domination de Facebook sur la catégorie réseaux sociaux préférés des français et LinkedIn qui passe largement devant Viadeo. Youtube et Twitter s'installe à la 2e et 3e place du classement.

(source)

0 commentaires

Les 30 comptes Twitter influents pour la construction

Pas facile de s'y retrouver dans la jungle des millions de comptes Twitter présents dans le secteur du bâtiment ! Voici notre sélection, non exhaustive et non objective, des 30 comptes qui comptent dans les secteurs de la construction et du bâtiment.

 

N'hésitez pas à en soumettre d'autres en commentaire....



Et, en bonus, l'incontournable revue de l'éco-construction :

2 commentaires

Quels réseaux sociaux pour l'habitat ?

Etre présent sur les réseaux sociaux est un passage obligé pour les entreprises officiant dans le bâtiment. Ils permettent de travailler sur la réputation de vos produits, d'améliorer le référencement de vos supports et, dans certains cas, de générer des contacts.

 

Cependant tous ne sont pas aussi efficaces pour obtenir ces résultats. Nous faisons donc bénéficier ici de notre expérience en la matière pour vous proposer une liste, non exhaustive, des supports "Social Media" dans le domaine de l'habitat, la construction, la rénovation, le BTP ...


I- Les réseaux classiques

Ils sont incontournable par leur puissance communautaire, mais ne sont pas tous efficaces en fonction des objectifs fixés.

 

  1. Facebook : bien que numéro un des réseaux sociaux, ce support présente de moins en moins d'intérêt si vous n'avez pas une marque forte ou un potentiel d'engagement important (via des visuels).  Car ensuite, il vous faudra payer pour communiquer avec votre communauté !
  2. Google+ : présente un avantage certain pour le référencement de vos supports. Cela nécessite de nombreux paramétrages et une animation régulière, mais c'est rapidement gagnant.
  3. Twitter : devenu la source d'information incontournable des professionnels de la communication, des journalistes et autres geeks, ces tweets impactent votre positionnement web.
  4. YouTube : dans le giron de Google, on oublie souvent que les vidéos sont très bien répertoriées sous votre marque et peuvent bénéficier d'un effet viral. Dailymotion ou Vimeo,, dans une moindre mesure sont aussi des communautés importantes sur ce créneau de la vidéo.
  5. Pinterest / Instagram / Flickr : ces réseaux dédiés à l'image bénéficient d'une forte attractivité, le premier sur un public féminin, le second chez les jeunes et le dernier pour les amateurs et professionnels de la photo.

II- Les réseaux spécialisés

En dehors de ces réseaux sociaux plutôt généralistes, certains ont fait le choix de se spécialiser dans l'univers de l'habitat ou du bâtiment (Construction - Habitat)

  • Ecovibio : le réseau social dédié à l’éco-habitat
  • Nostrodomus : dédié au bricolage, décoration, construction, rénovation
  • Kasavox : un autre réseau social dans l’habitat
  • Les Ecohabitants : site communautaire pour agir sur nos consos d'énergie
  • MICHAMP 4B : réseau social en efficacité énergétique
  • Kozikaza : site communautaire sur la décoration
  • Casanaute : montrez votre déco d'intérieur en ligne !
  • NotreDéco : partagez vos idées déco pour la maison
  • Métamorphouse : site communautaire Déco de Leroy Merlin
  • MaisonBrico : le site de la maison et du bricolage (+ forum)
  • Vertissimo : salon virtuel de l’éco-construction, et des énergies renouvelables
  • Batilogis : autre salon virtuel dédié à la construction
  • InfoWebBTP : le salon virtuel du BTP
  • Construction21 : le portail européen des professionnels de la construction durable
  • Actu Archi : plateforme participative d'architecture
  • Batiactu Réseau : le réseau professionnel de la construction, BTP et immobilier
  • TribuBTP : le réseau social des étudiants de la construction

 

Si vous n'êtes pas dans la liste, n'hésitez pas à nous en faire part en commentaire ...

 

Il existe également une multitude de sites, blogs, webzines dédiés à l'habitat. Nous les avons répertoriés dans un listing que nous mettons régulièrement à jour et gratuitement à disposition des professionnels de la construction, de la rénovation ou du bâtiment (agences Web, SMO, SEO, deviseurs, merci de vous abstenir).

III- Les autres supports

Quand on parle de média sociaux, il faut également adjoindre d'autres supports, autres que les réseaux sociaux classiques et spécialisés; ceux-ci doivent permettre l'interactivité et éventuellement la participation de chacun.

 

          * sites non interactifs !

 

  • Les Blogs
    Ils sont une source intarrissable d'informations et on sous-estime leur influence. Qu'ils soient sur des plateformes connues (Tumblr, Blogger, Overblog, ...) ou en CMS (Wordpress), les blogs peuvent être de bons vecteurs de communication.
    Retrouvez quelques-uns de ces blogs influents dans notre listing
     
  • Les Curations
    Vous avez certainement croisé ces sites qui répertorient le meilleur de l'information dans leurs domaines pour vous les partager sur les réseaux sociaux. Les topics Scoop.it peuvent notamment publier vos suggestions d'article ou recevoir des commentaires. Certains font plusieurs centaines de visites par jour, leur influence n'est pas à négliger.
    Quelques exemples sur Scoop.it :
    - Mon Habitat Vert
    - Architecture pour tous
    - La Revue de Technitoit

 

Il existe encore pléthore de sites communautaires plus ou moins influents. Ce qui importe c'est de faire la sélection de ceux qui peuvent apporter un plus à votre activité sans risquer pour votre réputation. A vous de mettre en place la bonne stratégie de communication.

 

Mon Habitat Web reste à votre diposition pour la mise en place de votre stratégie, la rédaction de contenu, la personnalisation et l'animation de ces différents supports. Bénéficiez, en outre, de l'influence de notre communauté.

0 commentaires

J'ai testé : une publicité Facebook en BtoB

Dans le cadre d'une expérience à titre professionnel pour Mon Habitat Web, j'ai testé une annonce sur Facebook à partir de la page fan Mon Habitat Vert.

 

Voici la procédure et les résultats obtenus ...


Il est bien difficile d'y échapper : si vous voulez atteindre la totalité de votre communauté (et bien plus) sur Facebook, vous serez contraints de passer par la publicité. Et justement, j'avais l'occasion, suite à l'écriture d'un article sur ce blog dédié aux professionnels de l'habitat, d'en faire la promotion sur une page Fan que je gère depuis quelques années sur Facebook : Mon Habitat Vert.

 

L'objectif était donc de générer des leads (contact, demandes) sur ce site.

 

Avant ce test, la communauté était d'environ 1650 fans, avec assez peu d'interactions (likes, commentaires) et un reach (nombre de personnes atteintes par publication) de l'ordre de 5%. Autre précision concernant la publication, j'avais fait le choix d'une illustration avec une jolie maison bois dans un cadre rural. Je précise enfin que j'avais partagé, en parallèle, cet article sur la plupart des autres supports.

1- Lancement de l'annonce

La procédure est vraiment très simplifiée. Dès lors que vous avez posté votre publication sur votre timeline, un bouton "stimuler la publication" apparaît en bas à droite. Vous n'avez plus qu'à suivre les différentes étapes (voir ci-contre) :

 

  • faire le choix de la cible (pour ma part : personnes et leurs amis qui aiment votre page)

  • définir son budget (22€ pour un ciblage entre 9.300 et 25.000 personnes)

  • la durée : de 1 à 7 jours (je suis parti sur 24h)

  • puis enclencher la procédure de paiement (choix du mode et paiement)

 

Ensuite il n'y a plus qu'à lancer la publicité et attendre ....

 

Concernant le prélèvement, une semaine après, rien ne semble encore prélevé sur mon compte paypal. Je suppose que Facebook attend que le crédit soit totalement épuisé pour faire le prélèvement.


2 - Les résultats

 En résumé :

Coût total 19€81*
Personnes atteintes 9714
Interactions FB 43 likes et 3 partages
Nombres de clics 248
Reach 580%
Nombre fans gagnés environ 100
Consultations article environ 300
Interactions blog 0
Contacts 0

* : j'ai stoppé la campagne avant la fin



3 - L'analyse des résultats

Les points positifs :

La page Facebook a gagné en fans (une centaine) et en interactivités ... sur cet unique post.

 

Cette publicité a permis, en outre, de générer un peu de trafic supplémentaire sur ce site et de faire passer Facebook comme référent numéro 1 hors Google (devant Scoop.it et Twitter).

 

Côté e-reputation, cela a sans doute un peu plus fait accroître le lien entre la communauté Mon Habitat Vert et l'activité de Community Management auprès des fans de la page.

Mais au global, c'est tout !

 

Les points négatifs

  • Aucun impact pour le moment sur les mots clé (référencement Google)
  • Aucun commentaire sur le blog
  • Aucun contact direct de client (ça fait une semaine, c'est encore tout chaud)

 

Bien que la communauté Facebook ait été construite essentiellement autour de professionnels du bâtiment, il semblerait que le ciblage ne soit pas le bon (mais difficile de faire autrement).

 

Fianlement, pour ce cas et pour le moment, l'objectif n'est pas atteint. Par contre, compte tenu du coût unitaire, je ne dis pas que je ne retenterais pas. A voir ...

 

Et vous ? Avez-vous testé dans un cadre BtoB ? Quel fut le résultat ?

0 commentaires

Mettre en place une stratégie réseaux sociaux dans l'habitat, le bâtiment, la construction ou la rénovation

Les réseaux sociaux présentent de nombreux intérêts pour les entreprises du bâtiment. Si vous oeuvrez dans la construction, la rénovation, en qualité de prestataire ou de fabricants de matériaux ou d'équipements, voici quelques précieux conseils avant de vous lancer dans l'univers du social media.

 

Présents sur de nombreux supports depuis 2010, nous avons désormais le recul nécessaire et l'expérience de clients de votre domaine d'activité, pour vous prodiguer ces quelques précepts...

 

NB : ceci est un article non exhaustif et volontairement sommaire destiné aux néophytes.


¤ Avant propos

Avant de vous vanter les mérites des réseaux sociaux pour votre marque, il est important de prendre conscience des risques à s'y engager en dilettante ou avec peu de moyens.

  1. Les réseaux sociaux, c'est du temps à consacrer
  2. Les réseaux sociaux, c'est aussi de la surveillance
  3. Les réseaux sociaux, c'est une animation régulière
  4. Les réseaux sociaux, c'est le risque de s'exposer aux critiques
  5. Les réseaux sociaux, c'est pratiquer la diplomatie
  6. Les réseaux sociaux, c'est une affaire de spécialistes
  7. Les réseaux sociaux, c'est un budget minimal à engager
  8. Les réseaux sociaux, c'est de la patience et de la persévérance

 

Si malgré ces contraintes, vous vous sentez prêt à vous engager dans l'aventure, vous pouvez alors lire la suite ...


¤ Définir ses objectifs et sa cible

Tout comme pour n'importe quelle autre stratégie marketing, il va de soi que pour choisir ses supports, vous devez commencer par déterminer vos objectifs et la cible.

 

Quelles sont les raisons qui peuvent vous pousser à vous lancer sur les réseaux sociaux :

  • booster votre référencement internet
  • améliorer votre e-reputation, votre expertise métier
  • susciter de l'interactivité, pour apprendre de vos clients
  • générer des contacts, des ventes
  • pour étaler votre vie personnelle au grand public !

 

Si le dernier point vous tentait, hormis si votre activité tourne autour de votre personnalité (artiste, politique, sportif, ...), il y a de forte chance que votre stratégie échoue !!

 

Concernant la cible, il faudra distinguer les professionnels des particuliers, les catégories sociales et enfin les âges. D'autres critères peuvent intervenir, comme les horaires de disponibilités, l'équipement du foyer, le statut familliale ou la sensibilité aux nouvelles technologies.


¤ Choisir les supports

Il existe pléthore de réseaux sociaux. Mais tous n'ont pas le même impact en fonction de l'objectif et de la cible fixés. Certains ont toutefois plus d'intérêts que d'autres !

 

Voici un récapitulatif des incontournables :

  • Google+, pour l'assurance d'un référencement
  • Twitter, pour la presse et les pros
  • Facebook, pour le fun (car coûte cher à l'usage)
  • YouTube et Dailymotion, pour des vidéos de qualité
  • LinkedIn et Viadeo, pour se faire connaître des pros
  • Pinterest, si vos produits/prestations sont très visuels
  • Slideshare, pour alimenter en documentations

 

D'autres applications sont également en devenir sur le mobile comme Instagram, Watsapp, Snapchat, Line ou Vine, mais leur impact est incertain et leur animation encore compliquée.

 

Ne pas négliger non plus, les sites communautaires dédiés à l'habitat.

 

Enfin, tenir un blog est un bon moyen de valoriser votre expertise et de référencer votre marque/entreprise, tout comme la curation, qui consiste à répertorier toutes les publications utiles à votre clientèle sur un support dédié (tel Scoop.it)


¤ Elaborer un échéancier de publication

Ouvrir un compte sur ces réseaux est une première étape. Il vous faudra ensuite les personnaliser en y ajoutant logo, descriptif et liens vers vos autres sites/supports.

 

L'étape la plus importante dans la mise en place de cette stratégie sera de déterminer avec minutie le type d'animation, c'est à dire le type de contenus à publier sur ces réseaux. Plusieurs solutions s'offrent à vous :

  • soit c'est un contenu que vous avez produit (article, slide, photos, vidéos, ...)
  • soit c'est un contenu tiers libre de droit pour le partage (travail de veille à effectuer)

Le meilleur moyen pour développer et dynamiser une communauté est de lui apporter un contenu de qualité (exclusif, à forte valeur ajoutée) et de manière régulière. Il faut donc définir un échéancier de publication pour chacun des supports. Et si vous comptez sur la programmation pour publier en différer, tous les supports ne le permettent pas !

 

Et c'est là que commence la difficulté : car tout ceci est chronophage !


¤ Faire appel à un community manager

Vous l'aurez compris, être présent sur les réseaux sociaux demande à la fois du temps et des compétences. Les supports évoluant chaque jour, et les outils avec, il faut se tenir continuellement informé des nouvautés.

 

Tout ceci est le travail du community manager.

Mais est-ce utile de recruter un community manager à plein temps ? Votre structure le permet-elle ?

Il existe une solution plus simple et efficace : le freelance.

 

Le plus souvent passionné par son métier (puisqu'il l'a choisi), le community manager sera aussi force de proposition pour la mise en place de votre stratégie. Et s'il est spécialisé dans votre domaine, du bâtiment, notamment, il parlera le même language que vous et vos clients.

 

Prenez bien en compte que 70% des contenus réalisés sur votre entreprise sont désormais publiés par les internautes (blogs, réseaux sociaux, forums, ...). La personne qui prendra la parole à votre place sur les réseaux sociaux devra donc bien connaître votre secteur d'activité, votre clientèle et lui parler un langage adapté. Faites confiance à un professionnel expérimenté.

 

0 commentaires

En 2014, il faudra compter aussi sur Slideshare


Après Facebook, Twitter, Google+, Scoop.it, Pinterest, YouTube, Viadeo, LinkedIn, il faudra maintenant compter sur nos compétences avec la plateforme de partage de documents Slideshare :-)

 

Nos références sur ces différents supports ici

 

Ci-dessous le rapport sous forme d'infographie proposée par Slideshare



0 commentaires

SMO, Content Marketing : bilan 2013 et tendances pour 2014

En ma qualité de consultant social media, je me dois de veiller, analyser et surtout anticiper les tendances des réseaux sociaux pour rectifier, améliorer et approcher les objectifs fixés avec mes clients. Cette année 2013 a encore été riche en événements qui ont obligé le community manager a adapté son animation sur les réseaux sociaux. Petit bilan et perspectives pour 2014 ...


¤ Une année qui confirme l'intérêt des réseaux pour le référencement

Depuis que j'exerce dans ce milieu du community management, un des objectifs majeurs demandés par mes clients est d'améliorer leur positionnement web sur Google, et indirectement leur e-reputation.

Et incontestablement, pour atteindre cet objectif, 2013 fut l'année d'une confirmation : le contenu est ROI (comprendre Retour sur Investissement). Que ce soit sur les blogs ou les réseaux sociaux, l'important est de réaliser du contenu ... et pas seulement en quantité. D'ailleurs certains (marketeurs) ont profité de l'occasion pour faire émerger un nouveau "mouvement" : l'inbound marketing. Le but est d'attirer les clients/lecteurs grâce à des contenus (viraux ou de qualité). Rien de nouveau pour les experts du SMO, puisque cette technique est naturellement induite dans notre démarche !

Tendance naissante en 2012 qui se confirme donc en 2013, Facebook n'a quasiment plus d'intérêt : la portée des posts étant devenue ridicule (et scandaleuse !). Le réseau privilégie les annonceurs, ce qui exclue donc la majorité des entreprises. Laissons donc Facebook creuser sa tombe tout seul ! Toutefois, ne négligeons pas le fait que Google référence très bien les pages de Marque.

 

Si Twitter ne s'est pas vraiment démarqué en 2013, on peut noter que le réseau attire de plus en plus de jeunes, et moins jeunes, avec une très belle progression en France. Le réseau reste un support incontournable pour une marque, qui veut informer, via de l'info à valeur ajoutée (les RT et vies privées n'ont que peu d'intérêt, sauf si vous êtes une star !).

 

Du côté des réseaux BtoB, LinkedIn fait une belle percée en France et se positionne de mieux en mieux sur les requêtes de Marque; au détriment de Viadeo, qui, en 2013 n'a apporté quasiment aucune nouveauté.

 

Youtube reste toujours une valeur sûre, tant que les contenus sont de qualité et bien partagés. Le budget pour la réalisation de vidéos n'est pas négligeable mais le résultat est souvent payant.

 

A noter, le bon référencement des contenus de SlideShare (présentation, diaporama, pdf) sur les requêtes clés. Tous mes essais se sont révêlés payants. Reste à produire les bons contenus ...

 

S'il est un support qui en 2013 s'est révêlé devenir incoutournable, c'est bien Google+. Petit dernier des réseaux généralistes, on lui trouve de plus en plus de preuves de son efficacité. La mise en place de l'Authorship n'y est pas innocent.

 

Les fans d'images et de photos se sont défoulés en 2013 sur Pinterest et Instagram. Une tendance qui démocratise quelques applications mobiles comme Snapchat ou Line, qui font une fulgurante percée, respectivement, en Amérique du Nord et en Asie.

 

Enfin, je finirai par une petite déception sur 2013 : la curation. Moi-même grand curateur, j'y ai beaucoup cru dès 2011, avec Scoop.it notamment. Malheureusement, cette plateforme se fait progressivement déréférencer par Google, certainement victime de son succès. Scoop.it restera donc avant tout un outil de e-réputation.


¤ Un contenu de qualité tu réaliseras en 2014

S'il est une tendance qui va clairement prendre le dessus cette année, c'est le développement de content marketing via des contenus de qualité (sur les réseaux sociaux) et de plus grandes longueurs (articles de blog). Une conséquence directe du changement de stratégie de Google qui ne veut plus que le référencement passe uniquement par les bidouilleurs du net (entendez les gourous du SEO), en faisant le ménage dans ses derniers algorithmes Panda et Hummindbird. Et cela c'est nettement ressenti en 2013 ! Ainsi l'Authorank va avoir de plus en plus d'impact sur le référencement. Ce qui implique la création incontournable d'un compte Google+ pour relier l'authorship avec vos différents supports.

 

Autre tendance déjà bien ancrée chez les grands comptes : le service marketing va de plus en plus intégrer les réseaux sociaux dans ses opérations. La curation de contenu va devenir aussi une technique incontournable pour réussir sa stratégie inbound Marketing.

 

Compte tenu du succès des smartphones et du développement des réseaux 3G/4G, l'optimisation des supports et contenus pour le mobile semble inévitable. Pour les sites vitrines, cela passe donc par le Responsive Design.

 

Des outils de publication multiplateformes tels que Hootsuite vont se développer pour pouvoir mieux gérer la diversité de tous ces réseaux. Espérons que ceux-ci intègreront de mieux en mieux les outils  d'analyse (statistique notamment) pour faciliter le reporting.

 

Le métier de community manager va donc évoluer : la veille, la curation, l'animation des réseaux et le reporting ne seront plus seulement ses principales missions. Il devra aussi trouver ou créer du contenu de plus en plus spécifique, orienté référencement et associer plus souvent les opérations marketing aux réseaux sociaux. Il doit plus que jamais être force de proposition et s'adapter très rapidement aux évolutions des différents réseaux.

 

Et justement côté réseaux sociaux, je prédis l'émergence de 2 tendances :

  1. L'explosion des plateformes mobiles qui excluent indirectement les marques pour une relation plus directe entre les membres (comme Snapchat ou Line)
  2. Le développement de contenus photos (newsjacking) ou vidéos virales très courtes (pour Vine, Instagram ou Google+) qui seront les rares occasions pour les marques de communiquer sur ces nouvelles applications mobiles

 

Enfin je concluerai cet article par un souhait en 2014 : l'optimisation de scoop.it pour le référencement. il suffirait ainsi d'avoir la possibilité d'associer ses topics à son authorship et d'optimiser les balises mots clés pour que cet outil (re)devienne un bon support de référencement. Guillaume, Marc, à bon entendeur ...

 

0 commentaires

Quel est le meilleur social media pour démarrer une stratégie de communication ?

Si la question peut paraître provocante, quand on cherche à mettre en place une stratégie cohérente de communication sur les réseaux sociaux, elle se pose forcément à un moment donné.

 

Et si on vous répond d'emblée tel ou tel réseau, sans même vous interroger sur vos objectifs de communication et votre coeur de cible, passez votre chemin, vous aurez certainement affaire à un charlatan ou un gourou du net peu scrupuleux !

 

Je vais donc essayer de vous répondre à cette question (existencielle - sic!) "sur quel réseau social dois-je être présent ?", selon 2 critères :

  • l'objectif fixé
  • les internautes ciblés

 

Pour les objectifs fixés, je vous renvoie à un précédent article, mais je vous rappelle les principaux :

  • valoriser sa e-reputation (e-rep)
  • améliorer son référencement (SEO)
  • échanger avec sa communauté (RS)

Certains y ajouteront un quatrième objectif, mais plus difficile à atteindre : générer des leads.

 

Et si je parle de "social media", c'est tout à fait fortuit. Car à l'ensemble des réseaux sociaux, plus ou moins connus pour leur aspect communautaire, on peut ajouter à cette catégorie deux autres supports : les forums (dont je ne parlerai pas) et surtout les blogs.


Cet article ne se veut pas exhaustif, car on pourrait s'attarder plus longtemps pour chaque support .

Attention, ces remarques sont valables au moment de la rédaction de cet article.

Le positionnement et l'intérêt de chaque réseaux peuvent évoluer très vite !

Je vous laisse le soin de faire vos commentaires en fin d'article, merci.


¤ Le blog, l'outil de référencement n° 1


Cible : de 13 à 97 ans*, de tous genres et toutes classes sociales


Objectif : référencement et expertise métier (e-reputation)

 

On l'oublie souvent mais le blog est le premier outil de réseautage, bien avant Facebook. Alors, certes, difficile de construire une communauté, mais vous pouvez aisément fidéliser des lecteurs à votre contenu et échanger avec eux dans les commentaires.

 

Son principal intérêt, quand on utilise les bons outils et le paramètre minutieusement, est de le positionner facilement sur des (groupes) mots clés de façon à vous distinguer de vos concurrents.

 

Cela demande un travail régulier et de longue haleine : mais c'est payant à tous les coups ! (c'est l'expert en blogs depuis 2005 qui vous l'assure !)


¤ Facebook, la vache à lait


Cible : de 13 à 77 ans*, de tous genres et toutes classes sociales


Objectif : échanger avec sa communauté, éventuellement générer du lead (sites e-commerce)

 

C'est le réseaux n° 1 pour la taille de sa communauté et ses outils de ciblage (publicitaires)

 

Cependant, il devient de moins en moins incontournable, pour 2 raisons :

  • les utilisateurs y sont moins actifs, par lassitude et par dépis (pb de confidentialité)
  • la portée des publications est de plus en plus faible pour contraindre à la publicité

 

Un outil intéressant pour qui peut y accorder un budget marketing important !


¤ YouTube, le n°2 mondial


Cible : de 13 à 97 ans*, de tous genres et toutes classes sociales


Objectif : valoriser son expertise et SEO

 

On l'oublie souvent, mais YouTube a aussi été construit comme un réseau social où chacun peut y interargir et partager sans limite.

 

Il faudra toutefois accorder une attention particulière à la qualité des vidéos partagées.

A noter qu'il est possible de créer une chaîne sans avoir aucune vidéo propre. Il suffit d'ajouter celles qui vous intéressent dans vos favoris.

 

Le budget à consacrer n'est pas à négliger car l'amateurisme ne paie pas vraiment sur ce support.


¤ Google+, l'incontournable


Cible : de 25 à 57 ans*, plutôt masculin et classes sociales moyennes/supérieures


Objectif : référencement et accessoirement e-rep / RS

 

Tous les experts SEO vous le diront, il faut être présent sur Google+ car si Google le dément (de moins en moins), on le constate progressivement : les résultats de recherche sont de plus en plus influencés par Google+, grâce notamment à l'AuthorShip.

 

Et contrairement à ce qu'on peut penser, il est beaucoup plus facile de créer et développer une communauté sur une page Google+ que sur Facebook, avec très peu de moyens et quelques astuces.


¤ Twitter, le roi du buzz


Cible : de 15 à 77 ans*, tous genres et toutes classes sociales


Objectif : e-reputation / échange RS et accessoirement SEO (pour le compte)

 

Dans l'information, Twitter est incontournable, tous les journalistes et blogueurs y sont. Si vous avez intérêt à faire connaître votre marque et ses produits (d'une façon indirecte), Twitter est le support où il faut être.

 

Attention, une communauté s'y construit lentement mais surement, si vous apportez une véritable plus-value dans votre information. Si vous ne faites que re-tweeter ou racontez votre vie (sauf si vous êtes une star), vous n'intéresserez que peu de gens.


¤ Pinterest, mise sur l'image


Cible : de 25 à 47 ans*, très féminin (80%) et classes sociales moyennes/supérieures


Objectif : e-reputation et SEO

 

Ce réseau aux 70 millions d’utilisateurs inscrits se distingue par bien des aspects : axé uniquement sur l'image (de qualité) et des sujets centrés sur la mode, la cuisine ou la déco.

 

Il est à noter que ce réseau est assez bien référencé par Google (le texte associé). Alors si vous êtes dans ce coeur de cible avec une activité e-commerce, foncez-y !


¤ LinkedIn (et Viadeo), le réseautage BtoB


Cible : de 18 à 67 ans*, tous genres et toutes classes sociales


Objectif : e-reputation et échanger avec la communauté

 

Pour qui veut se construire un réseaux de contacts professionnels, LinkedIn et accesoirement Viadeo sont des supports indispensables. Et quand on recherche un emploi, soigner son profil y est un exercice de style. Les recruteurs y sont de plus en plus attentifs.

 

Viadeo perd de plus en plus en crédibilité et en "puissance" sur ce marché. Ces dernières frivolités avec les API (comme Scoop.it ou Twitter) ont beaucoup déçu.


¤ Les réseaux spécialisés


Cible : ça dépend !


Objectif : tout est possible !

 

Il existe une multitude de réseaux sociaux spécialisés. Tous n'ont pas les mêmes objectifs, cibles ou trafics. A vous de faire le tri ...

 

J'avais référencé un peu plus de 150 sites qualifiés de réseaux sociaux en novembre 2011. Certains ne sont plus actifs. Je vous laisse le soin de faire votre choix


¤ Les réseaux qui comptent


On les oublie quelquefois et pourtant ils agrègent des millions de membres.

 

Instagram :

C'est une application et un service de partage de photos et de vidéos disponible sur plates-formes mobile, à priori très intéressante pour générer des ventes.

La cible est essentiellement les mobinautes de 15 à 35 ans* de tous genres.

+ d'infos

 

Slideshare :

Plateforme idéale pour partager ses présentations, guides, tarifs sous pdf ou diaporama, il génère des millions de visites chaque mois. A noter que les documents sont assez bien référencés par Google, à condition de bien travailler les titres, le descriptif et les mots clés.

Mon compte avec une cinquantaire de documents génère plus 4000 vues par mois par exemple.

+ d'infos

 

Tumblr :

Plateforme de microblogage, via le principe du reblogage principalement, créée en 2007, qui permet à l'utilisateur de poster du texte, des images, des vidéos, des liens et des sons sur son tumblelog. Avec 100 millions de blogs, on pourrait se dire que le service de micro-blogging Tumblr a le vent en poupe. Il cible tout type d'internautes et se distingue principalement par des contenus sous forme de visuels.

+ d'infos


¤ Les réseaux mobiles en devenir


Tout le monde s'accorde pour le dire, l'avenir des réseaux sociaux passe par le mobile. Et sur ce terrain, les réseaux traditionnels se font titiller par de nouveaux venus aux dents longues ...

 

Line :

C'est une application de messagerie instantanée pour smartphone qui permet d'échanger des messages textes (textos, SMS) et de faire des appels sans frais

Lancée au Japon en 2011, l'application connait une ascension fulgurante atteignant les 300 millions d'utilisateurs fin 2013. Essentiellement destinée aux ados, Line suscite beaucoup de curiosité en France.

+ d'infos

 

Pheed :

Réseau social né en 2012 sur mobile, il connait également une forte croissance. Sa particularité est de proposer des offres premiums (comptes payants) et de protéger le contenu publié par les membres. Encore embryonnaire en France, ses avantages pourraient intéresser les plus jeunes.

+ d'infos

 

Snapchat :

La particularité de cette application est l'existence d'une limite de temps de visualisation du média envoyé à ses destinataires. Chaque photographie ou vidéo envoyée ne peut être visible par son destinataire que durant une période de temps allant d'une à dix seconde. Né en septembre 2011, 70% des utilisateurs de Snapchat sont des femmes et 400 millions "snaps" sont déjà envoyés chaque jour.

+ d'infos

 

Vine :

Application mobile de Twitter qui héberge de courtes vidéos de 6 secondes qui tournent en boucle et peuvent être partagées avec leurs abonnés. La principale différence entre ce système de capture gif et celle de la capture vidéo classique est que l'image diffuse moins d'images par seconde. Les journalistes, les artistes, les blogueurs s'accaparent facilement cette application.

+ d'infos


Ce tour d'horizon n'est certainement pas exhaustif mais représentatif des tendances du moment. N'hésitez pas à ajouter en commentaire votre sentiment sur le sujet ...

 

* ces fourchettes sont à prendre avec précaution.

0 commentaires

Ne pas confondre journaliste et rédacteur web


écrire pour le web

 

 

Bien que la finalité soit la même, rédiger un article, il y a quelques différences fondamentales entre les métiers de rédacteur et de journaliste.

 

Une écriture pour le web

La rédaction pour internet répond à un objectif prioritaire : améliorer le référencement des supports de son client (site web ou blog). L'auteur doit donc jongler avec les mots pour les imposer au mastodonte et gourou de la recherche, le seigneur Google. Celui-ci lui en fait voir de toutes les couleurs en lui imposant des règles obscures et énigmatiques qu'il faut sans cesse deviner, décoder et traduire sur le papier, en disséminant ça et là les mots clés tant attendus.

Dans certains cas, le donneur d'ordre sollicitera les compétences d'un rédacteur pour valoriser une expertise, via des articles de fonds, sous forme de publi-rédactionnel. Il exprimera sur l'écran les désidératas, les valeurs, le métier, l'histoire de l'entreprise, de la marque.

Mais là où le journaliste fait la différence, c'est dans le style, le verbe, l'art de manier la langue de Molière et de Maupassant. Habileté que le rédacteur n'a nul besoin, au risque de désappointer l'empereur du search.

 

Des similitudes dans l'investigation

Chacun est à même de faire des recherches profondes et précises pour le besoin de son article, le plus souvent sur internet pour le rédacteur et sur le terrain pour son homologue. Cependant, la recherche perpétuelle de la vérité, ou plus exactement de la véracité d'une information, distinguera fondamentalement et déontologiquement le journaliste

En outre, le rédacteur, d'autant plus s'il est exerce dans une spécialité, aura une tendance prépondérante à fouiller, à rechercher le détail, les caractéristiques techniques qui lui permettront d'étoffer son propos.

 

L'indépendance vis à vis des marques

L'une des principales contraintes du rédacteur web, c'est son engagement pour une marque ou un produit, qu'il doit argumenter, encenser, vanter, sans parfois en avoir la conviction absolue. Il lui arrive ainsi de nuancer et de devoir jouer avec le sens des mots ou des phrases pour faire passer le message qu'on lui impose.
Le journaliste s'affranchit totalement de ce conformisme et peut à son aise juger, critiquer, condamner, vilipender sans risquer de froisser ou d'offusquer sa direction. Quoique ! Il jouit normalement de plus de liberté et s'émancipe aisément des règles du consumérisme.


Si un journaliste peut, avec un bon complément de formation, faire un excellent rédacteur web, l'inverse n'est pas assuré. Ainsi, je ne prétends donc pas faire du journalisme, ça se lit dans mon style d'écriture !

 

Et vous, voyez-vous d'autres différences ou similitudes entre ces 2 métiers ?

5 commentaires

Tribune à Scoop.it


Comme je l'ai déjà expliqué à plusieurs reprises sur ce blog ou sur mon topic dédié, je suis un fervent utilisateur de Scoop.it depuis sa version beta (déc 2010). Je dois beaucoup à cet outil ! oui mais voilà, Scoop.it n'était jusqu'ici qu'un outil, certe de curation, mais un outil, comme le pourrait être ma voiture pour conduire ou mon ordinateur pour travailler.

 

Suite à mon dernier article et aux quelques échanges que j'ai pu avoir avec les responsables de Scoop.it, je me permets d'apporter ici mon sentiment sur cette v3 et quelques précisions ...

 

¤ De l'ambiguité d'en faire une plateforme communataire


Pour rappel, la curation consiste à "répertorier le meilleur de l'information diffusée sur le web sur une thématique ciblée et de la diffuser sur un support adapté à l'échange pour la propager sur les réseaux sociaux". Scoop.it est un des instigateurs des outils de curation (avec Peatltrees, Paperly et autre Storify). Son puissant moteur de suggestion, sa présentation originale et ses fonctionnalités de partage en ont rapidement fait son succès.

 

J'ai rapidement compris l'intérêt de cet outil, qui permet à un professionnel à la fois, de valoriser son expertise (et donc jouer sur sa e-reputation) et d'améliorer son référencement internet.

 

Une très bonne opportunité pour répondre à la problématique de certains de mes clients tout en animant leur réseaux sociaux.

 

Or, avec cette nouvelle version, l'outil prend une nouvelle tournure. Le système de recommandation ne cherche plus à valoriser un curateur (ou une marque) sur internet, mais un topic (ou une thématique) dans un éco-système, qu'on pourrait qualifier de communautaire. En d'autres mots, Scoop.it semble se positionner comme un réseau social à part entière.

 

Ainsi ce ne sont plus les visiteurs qui participent au classement d'un topic mais les utilisateurs (qui parfois sont des concurrents) de la plateforme. Et c'est là que le bas blesse. On ne cherche plus à valoriser le curateur (ou la marque) mais son travail de curation ... et par ses pairs. Ca semble logique à première vue, sauf que plus vous allez travailler des sujets pointus, moins vous allez trouver de confrères susceptibles de vous recommander ! Alors que pourtant vos clients (ou lecteurs) pourraient être vos meilleurs prescripteurs ... s'ils prennent le temps de s'inscrire. Scoop.it ne s'adresse donc plus à des professionnels mais à des amateurs, au sens noble du terme.

 

Ainsi pourquoi avoir fait disparaître un Scoop.it score qui valorise le travail de curation et motive le curateur ? Celui-ci suit ainsi l'évolution de son travail et éventuellement ajuste sa méthode. Le quality score aurait donc un véritable intérêt s'il notait le curateur pour l'ensemble de son travail. Car beaucoup de scoopiteurs ouvrent de nombreux topics sans pour autant y attribuer la même importance.


Pour ma part, en un an, j'ai fermé 4 topics (à contrecoeur) pour me concentrer (en dehors de mes clients) à 3 sujets. Un topic reste ouvert pour la postérité (Hé oui, je manque de modestie, mais allez faire un tour je pense que vous comprendrez ...).

 

 

¤ La problématique du référencement

 

Certains utilisateurs de Scoop.it ont peut être remarqué depuis quelques semaines soit une baisse de trafic sur leurs topics, soit une chute des visites depuis les moteurs de recherche (dont Google). Le 2e est cas est le plus flagrant. La proportion des visiteurs venant du leader du search diminue jour après jour. La faute à Pinguin, Panda ou Hummingbird, difficile de le déterminer. Mais le fait est indubitable.

 

Et c'est un vrai problème quand on a choisi Scoop.it. Dans une stratégie SEO, il n'est plus efficace. Alors se pose la question de continuer à l'alimenter ? Quand on a des topics depuis de nombreux mois et qu'on a choisi de l'ajouter à tous ses supports, il faut persévérer, ne serait-ce que pour travailler sa e-reputation. Démarrer maintenant, sans véritable stratégie de contenu et surtout une régularité dans la publication demande réflexion et l'expertise de professionnels.

 

C'est dans cette optique que j'ai signalé à l'équipe dirigeante de Scoop.it depuis longtemps (début 20111) d'intégrer les mots clés à chaque post. Une première étape a été réalisée début 2012 avec l'ajout des mots clés, mais en backoffice, une seconde avec le nuage de tags dans la V3. Cependant, ça ne règle pas le problème ! Il faudrait que ces mots soit visibles sur chaque post. Ainsi, le visiteur pourrait immédiatemment associer d'autres articles au sujet traité. Un petit plus pour le référencement du topic. Mais pourquoi diantre Scoop.it ne veut pas le mettre en place ? Un problème de dimensionnement des serveurs pour absorber le surplus de trafic ? Marc, une réponse ? Tous les réseaux sociaux (Twitter, Google+, Pinterest, et maintenant Facebook) permettent maintenant l'ajout des hashtags et les laissent apparents. La plupart des CMS de blog le permettent aussi sur chaque article, et, ce, depuis quelques années.

 

Alors Marc, Hélène, je reçois parfaitement votre message concernant le dimensionnement de votre équipe. Les problèmes abordés ici ne concernent pas uniquement le développement, mais un choix stratégique. En outre Il me semble que vous avez fait cette année une belle levée de fonds :-)

 

J'attends avec impatience vos commentaires sur ces quelques remarques ...

 

[Edit du 12/10/13] Suite à quelques échanges par mail avec Hélène et Marc, je souhaite apporter quelques précisions :

- concernant l'interaction réservée aux abonnés : le choix de réserver les échanges aux abonnés semblent purement technique, pour éviter les spams de plus en plus nombreux (rançon du succès). Ainsi Mars souligne "ce choix qualifié de transformation en réseaux communautaires est totalement assumé et il est requis par nos usagers, requis pour nos ambition de qualité. Ceci est malheureux, mais inévitable compte tenu de la nature humaine."

- concernant l'efficacité SEO de Scoop.it : bien que les dirigeants semblent m'indiquer le contraire, je leur ai apporté la preuve sur 3 topics, qui ont vu en l'espace d'un an la proportion des visites via Google chutée. L'ajout des insights ne change rien au phénomène. Par contre, l'idée des hashtags sur les posts (mots clés apparents) semble faire son bonhomme de chemin ...

 

Merci encore Marc et Hélène pour ces échanges qui n'enlèvent en rien mon sentiment générale sur l'intérêt et la qualité de plateforme Scoop.it :-))

 

 

 

 

 

0 commentaires

Scoop.it passe en V3. Et alors ?


Grand utilisateur Scoop.it depuis décembre 2011, j'ai vu évoluer l'outil avec son lot de nouveautés, de bugs et ... de régressions. Je gère actuellement 3 comptes avec 6 topics mis à jour quotidiennement, tous en version Pro. Autant vous dire que je connais l'outil sur le bout des doigts.

 

En qualité d'utilisateur "expert" (je déteste ce terme), la direction m'a donné la primeur huit jours avant la sortie de la nouvelle version (V3) de Scoop.it avec quelques uns de mes camarades. J'ai donc sauté sur l'occasion pour tester immédiatement mon outil préféré...

Et comme "qui aime bien chatie bien", je ne vais donc pas me gêner pour faire part ici de mes bonnes surprises mais surtout de mes déceptions sur cette nouvelle version.

 

¤ Un look à la Google+

 

Commençons donc par un point positif ... à priori. Ca ne m'a pas sauté aux yeux immédiatement, mais un jeune confrère, que je forme en ce moment, me fit remarquer que l'apparence se rapprochait de plus en plus au vénérable Google+. Effectivement ! La charte graphique s'allège donc considérablement, au détriment de l'écologie : les couleurs sont bien trop claires et donc sujettes à surconsommation des écrans ! En outre, la lecture des boutons n'est pas facilitée par un manque de contraste entre le blanc des icônes et le gris très clair des bandeaux. Même problème pour le fond de cadre de l'insight. Un très mauvais point donc pour cette V3 !

 

¤ Un pseudo nuage de Tag

 

Du côté des nouvelles fonctionnalités appréciables, je noterai l'ajout des tags dans un semblant de post qu'on peut personnaliser (nombre, titre). Un plus que j'attendais depuis au moins 2 ans, même si j'aurais préféré que les tags fut intégrés directement sur les posts. Bien plus pertinent !

 

¤ La recommandation ... de ses ennemies ?

 

Tout comme on peut le trouver dans les réseaux BtoB, la direction de Scoop.it a mis un point d'honneur à développer un système de recommandation de topic. Je suis partagé sur cette fonctionnalité. C'est un nouvel élément qui participe au scoring (j'y reviens) mais c'est aussi un motif d'agacement pour qui veut flatter son égo ! Un des gros défauts de Scoop.it, c'est effectivement que beaucoup vienne rescooper (voire piller) sans prendre la peine de remercier (bouton thanks). J'ai peur que cet outil de recommandation ne soit qu'un gadget que malheureusement peu de scoopers oseront utiliser ; "j'vais pas recommandé un concurrent tout de même !"

Wait & See ...

 

¤ Le scoring olympique

 

C'est une des grosses déceptions de cette nouvelle version. Chaque topic avait jusqu'ici un scoring avec une note sur 100 (92 étant le maxi) attribuée en fonction de différents éléments (trafic, influence, régularité, ...). Celui-ci disparaît au profit d'une notation olympique (ou militaire, selon !) avec 2 niveaux de médaille : argent et or. Le bronze doit être en train de se faire couler ...

Que pensez-vous de cette nouvelle notation ? N'est-ce pas un peu léger cette catégorisation ? Par ailleurs, je ne comprends pas pourquoi tous mes topics qui avaient un scoring supérieur à 90 ne soient pas désormais en "Or". Etrange !

 

¤ Les thématiques à l'anglaise

 

Chaque topic peut maintenant être classé dans une thématique, à choisir parmi près de 80 rubriques. Oui mais voilà, ces thématiques sont en anglais ! L'idée aurait donc été intéressante si Scoop.it avait commencé par catégoriser les topics par langues.

 

¤ Un bookmaktlet up and down

 

Là encore, je suis partagé par cette nouveauté. Le bookmarklet reprend la charte graphique de Scoop.it et donc ses défauts visuels. Par contre, l'accès au tag est un peu plus facilité et l'aurait été encore plus si les boutons de partage n'avaient pas pris des proportions gargantuesques ! A revoir donc !

 

¤ Au chapître des disparitions

 

Je regrette un certain nombre de services et fonctionnalités passés aux oubliettes, comme :

  • le comparatif (avec les données quotidiennes) des followers
  • un bouton d'accès direct au topic (quelle perte de temps)
  • dans les statistiques, le tableau de progression avec le nombre de posts au quotidien

 [Edit 04/10 : Scoop.it a rapidement remis en place les données de nos topics  (vues quotidiennes) et le tableau de progression du nombre de posts au quotidien. Merci pour la réactivité]

  • [Edit 04/10]: le bouton de suggestion de post a également disparu du front office pour les personnes non connectées. Dommage, je recevais régulièrement des propositions d'articles.

 

Comme vous pouvez le constater, je ne suis pas vraiment satisfait de cette nouvelle mouture, car, les grandes nouveautés dont le staff de direction se faisait le buzz, n'apportent que peu de plus-value à l'outil. J'attendais beaucoup des tags, mais je constate à ce jour aucune progression dans mes statistiques de consultations. C'est peut être encore tôt pour se prononcer ...

 

N'hésitez pas à laisser vos remarques en commentaires ...

 

Enfin je voudrais souligner un bug qui court depuis le 15 août et que j'ai signalé à plusieurs reprises. Les statistiques de Google Analytics et de Scoop.it ont un différentiel allant de 1 à 5. Et ce sur la majorité de mes topics. Le nombre de vues n'est pas du tout ce que vous indique Scoop.it. Méfiez-vous !

 

[Edit] A lire également ma tribune à Scoop.it


La vidéo teasing de ces nouveautés ... qui ne semble pas faire le buzz (320 vues après 24h)

12 commentaires

[Client] La ouate de cellulose sur les réseaux sociaux

Le syndicat des producteurs de ouate de cellulose

Après 2 ans de périodes troublées, la filière de la ouate de celullose se devait de mieux communiquer avec les internautes pour redonner de la considération à un isolant écologique reconnu depuis longtemps pour ses nombreuses qualités.

 

Le syndicat des principaux producteurs de ouate de cellulose en Europe, l'Ecima, a donc fait appel à Mon Habitat Web en mai 2013 pour :

  • travailler sur une stratégie de e-communication
  • mettre en place des lettres d'informations aux professionnels
  • rediger et envoyer des communiqués aux sites dédiés à l'habitat, au bâtiment
  • créer et personnaliser les supports de communication (blog, pages Facebook et Google+, compte Twitter, ainsi qu'une revue Web Scoop.it)
  • animer ces différents réseaux sociaux
  • rédiger des articles pour le blog ouate-cellulose.org

 

Et comme de nombreuses actualités ont à la fois bouleversé et rassuré le monde de la ouate de cellulose entre mai et juillet 2013, on peut dire que cette periode fut très mouvementée.

 

Merci en particulier au président et au trésorier du syndicat Ecima pour avoir accordé leur confiance à Mon Habitat Web.

 

0 commentaires

Marre de Facebook ? Quelles alternatives pour un community manager ?


Vous n'êtes pas sans savoir que la contestation monte contre Facebook ces dernières semaines du côté des community managers et autres experts en social média. Sa méthode outrageuse passe mal : forcer les entreprises et autres utilisateurs de fan page à racker sur ses services de publicité n'est pas cohérent.

 

Or lorsqu'on a passé des mois, voire des années à se constituer une base de fans importante, on se retrouve frustré et désabusé quand on constate que seulement à 1 à 5 % d'entre eux vont recevoir nos posts sur leur profil, bien que le réseau social s'était engagé sur des taux de 16% ! Un scandale ?

Je suis de ceux qui pensent que Facebook fait totalement fausse route avec ce modèle qui consiste à faire payer à chaque publication pour espérer toucher un minimum de personnes de sa communauté. Le business model le plus judicieux aurait été de faire payer l'utilisation de l'outil au nombre de fans. Avec cette politique, la firme de Palo Alto se met à dos la majorité des utilisateurs qui considèrent injuste de devoir payer pour diffuser un post à sa communauté.

 

Alors que faire ? Faut-il aller voir ailleurs ?


1/ Optimiser votre visibilité

 

Avant de faire vos bagages pour une destination étrangère, voici quelques points pour vous permettre d'améliorer le taux de reach auprès de vos fans :

  • poster au bon moment, quand votre public est le plus présent
  • faites court et pertinent en allant directement à l'essentiel
  • réaliser des contenus engageants (photos, vidéos postées directement sur FB)
  • éviter les partages et liens externes
  • autant que possible, proposer de véritables offres

 

Impossible de vous garantir une réussite à 100% avec ces conseils, tant l'algorythme de Facebook (l'Edgerank) est fluctuant et aléatoire ! Pour le tester au quotidien, je constate de nombreuses incohérences très agaçantes.

 


2 / Préparez-vous à abandonner Facebook

 

Certes, Facebook est le leader en France sur le marché des réseaux sociaux, mais il perd finalement beaucoup de son attractivité quand on découvre le mécanisme de publication. Et si vous ne l'avez pas encore fait, c'est le moment d'aller voir ailleurs, car il est de bon ton de ne pas mettre tous ses oeufs dans le même ...

¤ Google+, le réseau incontournable

Doucement, mais surement, les fonctionnalités du réseau du leader de la recherche internet s'approchent de plus en plus de son challenger. Il est d'ailleurs aujourd'hui le 2e au classement des réseaux sociaux par son nombre d'utilisateurs. Album photos, création d'évènements ou de communautés (groupes Facebook) sont tout autant possible sur Google+. Pas de publicités intrusives, un strean (mur) plus cohérent, par historique, et surtout, l'intérêt de Google, son référencement et sa force de frappe sur de nombreux services (moteur de recherche, Youtube, commentaires, Picasa, ...). Il remplacera, sans conteste et sans les inconvénients, son concurrent direct.

Pour y parvenir, faites passer le message sur vos newsletters, vos courriers, mails et surtout sur Facebook. Ensuite construisez votre communauté, en ajoutant régulièrement des abonnés dans vos cercles. Quelques autres astuces dans cet article.

 

¤ Ne pas négliger Twitter

Passé l'inconvénient des 140 caractères, Twitter présente de nombreux atouts. C’est notamment un canal de communication efficace pour relayer l’information que vous publiez sur votre site Web ou votre blog. Un moyen facile et gratuit de se constituer une communauté.

Mais attention, soignez votre ligne éditoriale, en évitant de poster sur votre vie privée, trop souvent (4 à 5 publications maxi par jour) et surtout de se servir de la plateforme comme outil publicitaire.

 

¤ Pinterest, Instagram ou Tumblr pour les images

Votre domaine activité est propice à l'image et la photo, c'est le moment de les mettre en avant sur les réseaux dédiés :

  • Pinterest, un réseau très féminin (75%) où la déco, la mode ou la cuisine y sont légion
  • Instagram, le twitter de la photo, mobile, personnalisable et fashion
  • Tumblr, la plateforme de blogging ultra simplifiée et très visuelle

 

Faites un tour sur chacun de ces réseaux pour vous rendre compte de l'étendue de leurs communautés et de la puissance de leur viralité.

 

¤ YouTube ou Vine pour la vidéo

La force de la vidéo est bien souvent sous-estimée. Le budget est un élement non négligeable pour faire de belles séquences qui marqueront, mais l'impact est bien plus important. On oublie souvent d'ailleurs que YouTube est construit comme une communauté avec ses outils de partage, de suivi et de commentaires. Ce qui en fait le 2e réseaux mondial en terme de consultation !

 

Si l'élément financier est un frein pour votre entreprise, pourquoi ne pas essayer ce réseau qui monte actuellement : Vine. L'application n'est disponible que sur smartphone (iPhone) pour le moment, mais elle a fait une entrée remarquée sur Twitter, surtout lors des attentats de Boston. Le principe est simple : une vidéo à télécharger d'une longueur maximale de 6 secondes qui tourne ensuite en boucle sur votre compte twitter. Un bon moyen pour faire du buzz ou du newsjacking !

 

¤ Les valeurs montantes

Il existe des centaines de réseaux sociaux, dont de nombreux thématiques. Du côté des généralistes, quelques uns se distinguent et commencent à susciter l'intérêt :

  • Slideshare, n'est pas tout jeune, mais permet de partager des présentations de type PDF ou Powerpoint. Un bon moyen pour présenter différemment un catalogue produits, une étude, un diaporama. Et ça marche plutôt bien en terme de consultations !
  • Pheed :  a attiré plus d’un million d’utilisateurs en quelques semaine dans plus de trente pays, grâce à un modèle original : faire payer pour voir le contenu. Il faudra donc avoir un fort pouvoir d'attractivé (stars, sportif, ...) ou un contenu à forte valeur ajoutée pour y faire sa place.
  • WhatsApp : avec ses 200 millions d’utilisateurs ce service de micro-blogging (ou plutôt tchat) dédié au mobile est une star montante des réseaux sociaux. Encore très CtoC pour le moment, il faut lui trouver une ligne éditoriale et une approche marketing pour en tirer le moindre bénéfice ...

Vous constatez ainsi que les réseaux en devenir mises beaucoup sur le mobile. Et pour vous émanciper complètement de Facebook, il vous faudra varier votre présence et surtout votre contenu sur chacun des supports. Ne perdez pas de vue que plus vous multipliez vos publications, plus vous passerez de temps sur les réseaux ! Soyez donc sélectifs.

0 commentaires

La naissance de Mon Habitat Web


Vous avez peut être remarqué de gros changements sur ce site depuis début mars (auparavant Faucompre.com). En effet, j'ai décidé de changer de nom pour appeler cette activité : Mon Habitat Web. Alors, certes, je reste maître à bord et encore seul dans l'entreprise pour quelques temps, mais le concept évolue pour mieux répondre aux demandes de plus en plus nombreuses des clients dans le conseil, la formation et l'animation de réseaux sociaux de mon domaine de prédilection : l'Habitat.

Vous avez peut être remarqué de gros changements sur ce site depuis début mars (auparavant Faucompre.com). En effet, j'ai décidé de changer de nom pour appeler cette activité : Mon Habitat Web. Alors, certes, je reste maître à bord et encore seul dans l'entreprise pour quelques temps, mais le concept évolue pour mieux répondre aux demandes de plus en plus nombreuses des clients dans le conseil, la formation et l'animation de réseaux sociaux de mon domaine de prédilection : l'Habitat.

 

 

¤ Une marque pour se différencier

 

Si j'ai choisi d'appeler ce site Mon Habitat Web, ce n'est pas par hasard. Depuis plus 2 ans, j'anime une communauté autour de la thématique construction/rénovation de maisons individuelles qui se nomme : Mon Habitat Vert. Or cette communauté devenant de plus en plus importante (près de 3.000 membres à ce jour), il était intéressant de capitaliser sur cette marque pour la décliner en nom très proche : Mon Habitat Web.

 

Cette marque va nous permettre d'ancrer notre positionnement sur le secteur de l'Habitat.

 

 

¤ Des activités qui se professionnalisent

 

Fort de cette expérience communautaire, je travaille donc depuis 2011 avec différents clients, ponctuellement ou sur du plus long terme (comme Technitoit). L'occasion de réaliser de nombreuses expérimentations sur les réseaux sociaux auprès d'une cible BtoC ou BtoB. On en est donc venu naturellement à me contacter pour ces compétences et cette expérience.

 

Suite à quelques réalisations de journées initiations sur les réseaux sociaux, j'ai fait une demande comme prestataire de formation en 2012, que j'ai obtenu, non sans mal, en fin d'année. Et depuis, je propose des formations plus spécifiques sur les différents réseaux, Facebook, Twitter, Google+, Viadeo mais aussi sur la plateforme de curation Scoop.it et mon activité historique (depuis 2005) le blog.

 

 

¤ Une spécialisation dans l'Habitat

 

Ce qui fait notre différence et notre atout, sur ce marché concurrentiel du community management, c'est cette spécialisation dans le domaine de l'habitat. Grâce à notre veille quotidienne, nous sommes à l'affût de l'actualité, des nouveautés dans les domaines de la construction individuelle et de la rénovation de bâtiment.

 

Nous rédigeons ainsi des articles relativement technique pour guider les particuliers. Ce qui représente depuis 2011 déjà plus d'une centaine d'articles publiés sur différents blogs ou portails d'information dédiés au bâtiment.

 

 

¤ La constitution d'une équipe de spécialistes

 

Notre volonté aujourd'hui est donc d'étoffer notre gamme de service via des partenaires selectionnés sur des prestations complémentaires comme :

  • la rédaction d'articles très techniques
  • le développement d'application pour les réseaux sociaux
  • la personnalisation des plateformes communautaires

Nous sommes aujourd'hui prêts à mettre en place nos préconisations en matière de stratégie sur les réseaux sociaux (SMO) pour mieux les intégrer dans la stratégie globale de communication de l'entreprise. 

 

Fabricants de matériaux et solutions pour la construction ou la rénovation, fournisseurs (importateur, grossiste, distributeur), architectes, constructeurs, maître d'oeuvre, organisateur de salon de l'habitat ou éditeur de site web dans la construction, Mon Habitat Web est votre Agence Social Media pour vous accompagner dans votre stratégie sur les réseaux sociaux.

N'hésitez pas à nous contacter !

 

[Edit] Ce site est encore hébergée avec le nom de domaine faucompre.com pour quelques semaines, le temps du transfert de mon-habitat-web.com.

4 commentaires

Comment valoriser son expertise et son image avec une curation sur Scoop.it ?


Et si la curation était la meilleure façon pour votre entreprise de valoriser son expertise ? Cette affirmation aurait pu passer pour loufoque, il y a encore quelques années. Mais les temps ont changé et de nombreux outils ont fait leur apparition sur le web pour vous aider à vous lancer dans cette tendance barbare et contreversée : la curation.

Alors certes, le blog reste le meilleur outil pour mettre en avant ses compétences et ses connaissances dans son domaine d'activité. Cependant, bloguer prend beaucoup de temps alors que le web regorge de professionnels qui partagent dans le même domaine que le vôtre, soit sur des sites d'actualités, des blogs et même les réseaux sociaux.

 

Ainsi pourquoi ne pas en profiter pour sélectionner le meilleur de ces infos et les diffuser sur un support de curation ? Scoop.it est certainement le meilleur outil pour y parvenir. Il permet à la fois de réaliser une veille, de publier les meilleurs articles et de les partager sur de nombreux réseaux sociaux. Son succès en fait d'ailleurs un support incontournable.

 

Pour vous, professionnel, la curation présente de nombreux avantages :

  • montrer que vous veillez sur votre profession
  • en faire profiter votre personnel
  • échanger avec une communauté
  • partager facilement ces informations sur les réseaux

 

Pour autant, la curation n'est pas une mission des plus faciles. Il ne suffit pas seulement de publier les premiers articles qui apparaissent dans votre timeline. Oui, ça demande un vrai travail. D'abord parce que ces outils ne sont pas encore assez performants pour vous proposer suffisamment d'articles de qualité. Pour ma part, je n'en tire pas plus de 10% des articles postés. Ma veille parallèle (sur twitter et mes différents outils) est le plus gros de ma sélection. Ce qui demande quasiment 1/3 de mon temps de travail quotidien. Ce n'est pas négligeable ! Ensuite, il faut faire une fine sélection des articles que vous allez diffuser. En effet, il est primordial de faire un tri, une sélection qui doit privilégier la qualité des contenus.

 

A l'instar du Klout ou du PageRank, Scoop.it a mis en place un algorithme de scoring qui permet d'évaluer la qualité des topics. Actuellement, les meilleurs Scoopit score oscillent autour de 92. Atteindre 90 est déjà un sacerdoce pour beaucoup. Et c'est surtout le bon moyen de se faire repérer ou de se distinguer des autres topics du même domaine.

 

Voici quelques conseils pour améliorer votre scoopit score :

 

1/ Réaliser sa propre veille

Comme je vous l'indique plus haut, la sélection proposée par l'outil scoop.it n'est pas forcément pertinente. A vous donc de mettre en place votre système de veille sur twitter, en repérant des sites d'actualités (les RSS peuvent être ajouté dans le "curate") et sur des outils tels que Alerti ou Mention. Vous améliorerez ainsi la qualité de vos publications.

 

2/ Travailler les titres des posts publiés.

En effet, nombre des éditeurs d'articles ne sont pas des SEO et priviligient l'impact du titre plus que leur référencement. Or, le scoop.it score prend en compte les mots clés référencés par les principaux moteurs de recherche. Pensez ainsi à ajouter quelques mots clés dans le titre de l'article, entre [...] par exemple.

 

3/ Faire une sélection drastique des articles publiés

La pertinence des articles par rapport au thème de votre topic va faire de vous une référence auprès de votre communauté. Ces articles seront donc d'autant plus "rescoopé". Un élément majeur dans l'algorithme du scoop.it score.

 

4/ Privilégier la qualité à la quantité

Plus vous allez poster et moins vous aurez de chance d'être vu par vos abonnés. Il faut donc moins publier, tout en privilégiant la qualité, et surtout à espace régulier : tôt le matin (ou tard le soir), pour être dans la newsletter, et deux à trois dans la journée (1 à 2 scoops, pas plus).

 

5/ Rescooper avec parcimonie

Il est bon de temps à autre, de rescooper les articles d'autres topics. En effet, ça va être aussi un moyen de vous faire connaître auprès de vos pairs. Et ainsi, obtenir encore plus de rescoop. Par contre, à l'inverse, trop rescooper ne valorise pas le travail du scoopeur et "dépersonnalise" le topic.

 

6/ Apporter du soin à la présentation

Quoi de plus désagréable qu'un site mal agencé, sans cohérence de présentation avec une image de fond qui dérange la vision. Et bien, c'est pareil sur Scoop.it. L'outil permet notamment de changer l'image d'illustration, de la positionner de différentes façon et même de personnaliser le texte (l'ajustement est disponible en version pro notamment). Soyez cohérent dans cette présentation !

 

7/ Eviter les posts trop courts

Eviter ainsi de couper trop courts les articles. Il faut donner envie d'en savoir plus. Inversement, pomper une trop grande partie de l'article original est un manque total de respect pour l'auteur. Je conseille ainsi de ne pas dépasser le 1/3 de l'article original, sauf si l'article est vraiment long. Les 5 premières lignes doivent suffire pour susciter l'envie de lire l'article.

 

8/ Ajouter une annotation personnelle

Depuis la dernière version de scoop.it [Eng], un espace a été ajouté pour permettre à tous les scoopeurs d'ajouter un commentaire à l'article posté. C'est le bon moyen d'y apporter votre expertise et votre critique (bonne ou mauvaise) de l'article. Attention, à ne pas faire à tous les posts car ça peut agacer certains scoopeurs et les freiner à rescooper !

 

Avec ces quelques éléments, vous devriez pouvoir, d'une part, apporter une plus-value non négligeable dans votre secteur d'activité et d'autre part améliorer votre positionnement au sein de votre communauté.

 

N'hésitez pas à apporter vos commentaires et retours d'expérience ci-dessous ...

3 commentaires